Pular para o conteúdo principal

Le travail, l'amitié et le temps

Pendant environ trois ans, "un ami" et moi menaient plusieurs projets à la fois et ensemble. Moi, je l'appellerai dans ce texte "un ami", "mon ami" pour préserver son identité. D'abord, on était des collègues à l'Université de São Paulo. On a fait connaissance dans un groupe de recherche. Puis, on a commencé à sortir ensemble après nos réunions, pour prendre un café ou une bière. On discutait toujours sur nos recherches et nos projets pour l'avenir. Mais notre amitié à vraiment commencé pendant un voyage à un congrès. On a loué un appartement ensemble pour rester là-bas pendant une semaine, avec d'autres chercheurs, aussi nos amis en commun. 

Tout était bel et bien entre nous. On se parlait presque tous les jours. On connaissait les familles l'un de l'autre. On était si proche qu'on arrivait à nous comprendre seulement avec des échanges de regards. Nos projets ensemble marchaient hyper bien. Tout le monde savait qu'on était un binôme de travail remarquable. 

Soudain, au début de l'année dernière – pendant la deuxième année de confinement –, il m'a tout court supprimé d'un projet très cher à moi et il m'a remplacé par une autre personne. À l'époque, je travaillais dans quatre écoles en même temps, je remplaçait un ami qui était au Canada et j'étais aussi à la recherche d'un contrat de travail plus fixe. Peut-être que, à cause de tout cela, on a eu du mal à fixer un rendez-vous important pour la suite de ce projet, ou peut-être aussi parce qu'il a tout simplement décidé, tout seul, à faire des changements plus pratiques sans avoir besoin d'en discuter. Étant donné les circonstances, on a eu une rupture brusque entre nous. 

De mon côté, je me sentais si triste, si choquée, si profondément blessée. Je n'arrivais ni même à m'exprimer. Juste moi, la bavarde, la fêtarde du groupe. Je me suis tue. Je me suis recueillie dans ma coquille. Je sentais mon coeur brisé  par un ami si cher, par un collègue si responsable et correct, que je n'ai pas pu lui dire comment je me sentais. En fait, j'étais pleinement consciente de mes sentiments ; ma décision de me mettre à l'écart envisageait aussi ne pas rendre pire ce malentendu. On sait très bien comment une personne dans ce genre de situation est capable d'agir. Et moi, de mon côté, je voulais le préserver le maximum, sans offenser personne. 

Plusieurs mois sont écoulés. C'était dix-huit mois, plus précisément. J'ai eu besoin du temps pour penser à lui, pour le détacher des événements précédents. Je savais, dès le début, qu'un jour tout cela aurait une résolution. Mais comment ? Moi, dans ma coquille, inaccessible ; lui, me cherchant sans succès. Mon intuition me disais que c'était au temps de nous montrer l'occasion, face à face. Et il l'a fait. Dans toute sa perfection. 

Vendredi dernier, je suis allée à l'Université pour participer à une réunion d'un autre groupe de recherche. La réunion n'a pas eu lieu effectivement, et j'étais déjà là-bas quand j'avais découvert l'annulation. Un autre ami à moi était aussi là-bas, en travaillant, et on a fixé un rendez-vous devant la bibliothèque. "Notre ami est là, dedans" — il m'a dit. "Ah, bon ?" — je lui ai répondu. Et on a changé brusquement notre sujet de conversation... "Je dois rentrer chez moi, donc. J'y vais",  à ceux qu'il m'a suggéré "Mais est-ce que tu ne veux pas vraiment entrer à la bibliothèque et rester un peu plus ?". "Bah, oui ! Je veux le voir, en fait."

Quand il m'a vu, nos regards croisés, ses yeux très clairs, comme le ciel en été à midi, sont devenus rouges et pleins de grosses larmes. Il pleurait copieusement. Si discrètement, si joliment. 


On s'est serré dans les bras, très fort. On est resté des minutes incomptables, en nous regardant dans les yeux l'un de l'autre, en nous serrant dans les bras. 

L'unique pensée que j'avais eu dans ma tête, pendant ce temps qu'on était dans la bibliothèque, c'était que j'avais bien agi. La décision de me préserver et de ne pas essayer à tout résoudre, coûte que coûte,  nous a offert une rapproche unique dans ma vie, jusqu'à présent. 

Il m'a invité à sortir discuter dehors la bibliothèque. On s'est assis sur un banc tout en face. Nos mains croisées. Nos regards liés. C'était de l'amour dans l'amitié. De l'amour fraternel. 

On a eu la discussion la plus belle possible. Chacun à son tour, on a parlé de nous-autres, de nos vies privées et professionnelles. Bref, on a parlé de nous et de notre affaire à régler. Sans rancoeur, sans amertume. La tendresse, tout simplement. La plus pure tendresse. Et la paix, finalement. 
                                                                  
Le travail nous a approché, pour sûr. Et on a travaillé tellement bien ensemble. Mais c'est le temps qui nous a rassemblé. Le temps fait sa magie, si on le laisse travailler. 

Don't you know thatThat patience is a virtue? Yes, it isAnd life is a waiting gameDon't you know thatPeace must be learned to you?
And all the money in the world can buy you nothing (I tell you that)All these things happenAll these things happen for a reasonDon't you go on and throw it all awayWhen the seasons change, you gonna change

Notre vie professionnelle, et ici je ne parle pas seulement de mon ami et moi – tout le monde compris – n'est jamais seulement du travail, des tâches. Bien sûr qu'on ne devient pas amis proches de tous nos collègues. Mais quelquefois cela peut arriver. On passe beaucoup plus de temps en contact avec des collègues qu'avec nos proches. Il y a plein de choses à réfléchir sur cela... En tout cas, je m'arrête là dans cette histoire d'aujourd'hui, qui a rempli mon coeur de gratitude au temps, à sa magie, et de fierté de moi-même, d'avoir eu la possibilité de respecter mes limites et ceux des autres à qui j'apprécie énormément. ♡

Comentários

Postagens mais visitadas deste blog

Mestra em Letras!

A experiência do mestrado foi, sem dúvida, uma das mais intensas da minha vida até o momento. Envolvi-me não somente com a pesquisa, como é exigido para a pós-graduação, mas também com o ensino na graduação e com a extensão universitária. Tudo isso sem deixar de participar dos grupos de pesquisa da USP, dos trabalhos de preparação e revisão de livros e do ensino do francês na Aliança Francesa.  O que considero de fundamental importância no meu percurso acadêmico, sobretudo na USP, foram as pessoas que eu conheci: - as que convivi mais intimamente e que se tornaram grandes amigos; - as que me procuraram nos intervalos dos congressos para trocar uma ideia sobre nossos temas de pesquisa;   - as que passaram os intervalos comigo no café da Tia Bia; - as que trabalharam comigo, dentro e fora da USP; - as que me acolheram em São Paulo. Elas eram colegas de curso, professores e alunos de graduação. Eram as pessoas que marcavam comigo viagens para congressos, saídas, reuniões. Todas e cada uma

100 aulas dadas são 100 aulas planejadas... e pensadas!

Hoje eu comemoro a minha marca pessoal de 100 (!) aulas dadas on-line na Aliança Francesa daqui de São Paulo. Foram 100 aulas dadas, 100 aulas planejadas para o ensino remoto. Algumas dessas aulas foram de 1h30, outras de 2h, outras ainda de 3h. Foram quase 300 horas de aula dadas.  Lá em março, um pouco antes do confinamento, quando eu havia acabado de comprar trocentas canetas de cores diferentes para usar no quadro branco, quando eu havia pensando e montado uma pasta para cada turma que viesse a ter ao longo do ano, as aulas presenciais foram suspensas. Os professores da AFSP passaram duas semanas inteiras em formação, de manhã e de tarde. Naquela época, eu achei que não conseguiria dar nem a primeira aula. Mas eu dei. E me senti satisfeita com meu trabalho. Meus queridos alunos não desistiram de mim no primeiro semestre, e eu dei o meu melhor por eles. Depois vieram mais turmas. Hoje entreguei mais uma turma para o módulo 2. E, com ela, minha marca de 100 aulas dadas em um contexto

Diário de prática docente e a observação das aulas

Como prof, adoro assistir às aulas de outros profs plus expérimentés , mais experientes. Sempre aprendo muito com eles e consigo identificar estratégias adotadas para o trabalho com as sequências didáticas. Tenho sei lá quantos cadernos de formações e de anotações de aulas de outros profs. Ensinar é, antes de tudo, aprender e é preciso aprender a ensinar. Dito isso, chegou o dia de eu ter minha aula observada. Quando observei as aulas de outras profs com mais experiência que eu, mas ainda assim menos expérimentées que a minha supervisora da USP (que já foi coordenadora da Aliança Francesa de São Paulo e que leciona na graduação e na pós há mais de uma década), eu percebi um certo incômodo pela minha presença. Sempre fui muito bem recebida, tanto por essas profs quanto por seus alunos. Mas era nítida uma certa timidez por ter outra prof (no caso, eu) observando a prática docente delas. Vivi até a semana passada tendo essa experiência só pelo lado de quem observa, de quem está na sa

Formulário de contato

Nome

E-mail *

Mensagem *